Mort de Maryam Mirzakhani, première femme médaille Fields

Mort de Maryam Mirzakhani, première femme médaille Fields

Elle est décédée des suites d’un cancer à l’âge de 40 ans.

15/07/2017 15:43 CEST | Actualisé il y a 1 heure

AFP
Mort de Maryam Mirzakhani, première femme médaille Fields.

DÉCÈS– Elle était la première femme a avoir reçu la médaille Fields, grande distinction dans le domaine des mathématiques, considérée comme le Nobel de la discipline. Maryam Mirzahkani, mathématicienne de nationalité iranienne, est décédée à 40 ans des suites d’un cancer, ce samedi 15 juillet aux États-Unis, rapporte Le Monde.

La scientifiques, née à Téhéran, a participé aux Olympiades internationales de mathématiques et remporté la médaille d’or à l’âge de 17 ans. Idem l’année suivante, à Toronto, avec un « sans-faute ». Ces performances lui ont ouvert les portes de l’université Sharif de technologie à Téhéran, puis celles d’Harvard pour sa thèse. Cette dernière, elle l’a effectuée sous la direction d’un autre médaillé Fields (1998), Curtis McMullen. Une fois sa thèse passée, elle est parie à Princeton, avant de devenir professeure à Stanford en 2008.

C’est en 2014 qu’elle décroche la médaille Fields, équivalent du prix Nobel en mathématiques. Si cette distinction, créé en 1936 et qui comprend une récompense de 10.000 euros, a été remise à 52 hommes, elle est la première femme a l’avoir reçue. Cette même année, elle a également été gratifiée du prix de la recherche de l’Institut Clay.

Son compatriote Firouz Naderi, scientifique de la NASA, a partagé la nouvelle sur Instagram: « Une lumière s’est éteinte, cela me brise le cœur… Elle est partie trop tôt. »

https://www.instagram.com/p/BWjxckJgEPW/embed/captioned/?cr=1&v=7&wp=628#%7B%22ci%22%3A0%2C%22os%22%3A12563.015%7D https://www.instagram.com/p/BWj4u7DAdzv/embed/captioned/?cr=1&v=7&wp=628#%7B%22ci%22%3A1%2C%22os%22%3A12573.965%7D « Un génie? Oui. Mais aussi une fille, une mère et une épouse ». Elle laisse en effet derrière elle son époux, Jan Vondrak et leur fille Anahita.

Dans un dernier post Facebook publié deux jours avant sa mort, elle expliquait « Plus je passe de temps à faire des maths, plus je suis heureuse ».

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FMirzakhaniMaryam%2Fposts%2F279974682478715%3A0&width=500Cette spécialiste de la géométrie des formes inhabituelles avait découvert de nouvelles façons de calculer les volumes d’objets avec des surfaces hyperboliques, comme par exemple une selle de cheval.

« Dotée d’une parfaite connaissance d’un éventail très divers de techniques mathématiques et de cultures mathématiques disparates, elle maîtrise une rare combinaison de capacités techniques, d’ambition audacieuse et une profonde curiosité », écrivait le Congrès international des mathématiciens (ICM) en annonçant sa récompense Fields.

« C’est un grand honneur et je serai heureuse si cela encourage de jeunes femmes scientifiques et mathématiciennes », avait à ce moment-là déclaré Maryam Mirzakhani. « Je suis convaincue que de nombreuses autres femmes recevront ce type de récompense dans les prochaines années. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :