Le Vatican pousse un évêque français à la démission pour « attitudes inappropriées »

Le Vatican pousse un évêque français à la démission pour "attitudes inappropriées"
Monseigneur Hervé Gaschignard à Rennes en 2012. (Wikipedia CC)

ENQUÊTE EXCLUSIVE. Le Saint-Siège a demandé aujourd’hui à l’évêque du diocèse de Dax de présenter sa démission. Depuis plusieurs semaines, des familles avaient signalé auprès de l’archevêché de Bordeaux des comportements ambigus de l’ecclésiastique.

Un évêque poussé à la démission : c’est un séisme dans l’Eglise. Le Vatican a demandé ce jeudi 6 avril à l’évêque du diocèse de Dax, Hervé Gaschignard, de présenter sa démission. L’affaire couve depuis plusieurs semaines, des familles ayant signalé auprès de l’archevêché de Bordeaux des comportements ambigus de l’ecclésiastique. Le dossier est remonté au Saint-Siège, qui a finalement décidé de demander à l’évêque de quitter ses fonctions. « L’Obs » enquêtait depuis plusieurs semaines sur cette affaire. Révélations.

Ce jeudi, le Vatican a donc demandé à Mgr Hervé Gaschignard de présenter sa démission. C’est l’Archevêché de Bordeaux qui le révèle dans un communiqué. Il explique : « Le 21 mars, le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, a reçu deux personnes du diocèse d’Aire-et-Dax, en contact avec des jeunes. Elles lui ont fait part de leurs interrogations et même du malaise ressenti devant des attitudes et des paroles de Mgr Hervé Gaschignard vis-à-vis de jeunes. Son comportement a provoqué émotion et trouble chez un certain nombre de ces jeunes, qui en ont parlé à leur famille. Le 28 mars, dans le cadre de l’Assemblée de Lourdes, le cardinal a parlé du contenu de cette rencontre à Mgr Hervé Gaschignard. Celui-ci, déjà alerté, en avait informé le nonce apostolique et pris contact avec le procureur de la République. Très affecté par ces interrogations et ce malaise, il a souhaité prendre du recul et un temps de repos.

Sur le site du diocèse de Dax, l’évêque avait effectivement écrit le 28 mars : « Au retour de l’Assemblée plénière des évêques à Lourdes, en raison d’une fatigue liée à diverses causes, j’ai besoin de repos pour quelque temps hors du diocèse. Je me confie à la prière de tous les fidèles et les garde dans la mienne pour ces jours de montée vers Pâques. »

A la suite de son message, les réactions de paroissiens compatissants n’avaient pas manqué de fleurir : « Nous prions pour vous. Revenez-nous vite, Monseigneur », « Revenez-nous en forme Monseigneur ». Des propos qui en avait fait bouillir quelques-uns dans le diocèse : « On est en mode soupape. Ça va éclater s’ils ne font rien », soufflait une des personnes initiatrices du dossier. « Nous, les laïcs, on ne se taira plus.

Nous avions alors demandé plus d’explications à la communication du diocèse de Dax, à l’Archevêché de Bordeaux et au nonce apostolique, qui ne souhaitaient pas faire de commentaire.

« Ce n’est pas le comportement d’un prêtre »

Qu’y a-t-il dans le dossier concernant l’évêque ? L’archevêque ne le précise pas mais « l’Obs » a rencontré une des personnes ayant constitué le dossier. Selon elle, un garçon y raconterait comment, alors qu’il avait 14 ans, l’évêque de Dax lui aurait demandé s’il avait des relations sexuelles avec sa copine, s’il se mettait nu devant ses amis, s’il se masturbait et avec quelle fréquence, s’il avait consulté des sites pornos homosexuels. Il l’aurait trouvé « efféminé », lui aurait proposé de l’accompagner, de l’aider à devenir plus viril.

La famille de ce jeune garçon, catholique pratiquante et peu encline à agir contre son église, souhaitait jusqu’ici rester dans l’anonymat et hésitait à porter plainte. Sa mère, dans un message vocal laissé à l’association de lutte contre la pédophilie dans le sport, Colosse aux pieds d’argile, et que nous avons pu écouter, expliquait :

« Mon fils a été en contact avec ce sale personnage et il lui a tenu des propos extrêmement graves. »

A une autre jeune fille, qui a témoigné dans ce dossier, que nous avons pu interviewer au téléphone, mais qui souhaite elle aussi rester anonyme, l’évêque aurait touché la cuisse, posé un baiser surprise sur la joue… des gestes qui pourraient paraître anodins, mais qui l’ont rendu très mal à l’aise. Elle observait :

« Ce n’est pas le comportement d’un prêtre, encore moins d’un évêque. »

En 2011, la justice avait déjà ouvert une enquête à l’encontre de Mgr Hervé Gaschignard, alors qu’il était évêque auxiliaire de Toulouse, à la suite de signalements de familles, pour des attitudes inappropriées. Le procureur de Toulouse avait classé l’affaire sans suite.

Sportif, avenant…

Monseigneur Gaschignard, 58 ans, brillant élément de l’Eglise, ancien élève d’HEC, est connu dans les diocèses où il a exercé des fonctions, pour son tropisme jeunes. A Toulouse, où il était évêque auxiliaire, il s’occupe précisément de la pastorale des jeunes. Lors des camps sportifs, des week-ends ou aux JMJ, l’énergique évêque, sportif, avenant, est toujours très présent. « Trop », souligne des observateurs que nous avons rencontrés, et qui témoignent dans le fameux dossier, eux aussi, de leur malaise. « Il se met souvent en situation d’être seul avec un jeune. » Il demande à les voir en tête-à-tête, leur propose de le retrouver le soir à l’écart… Ces jeunes, il les connaît par leur prénom. Il a même bien souvent leur numéro de téléphone portable.

Le 24 mars, nous avions assisté à une soirée rencontre de l’évêque avec des habitants des Landes, autour de sa lettre pastorale. Dans la salle polyvalente de Biarrotte, Monseigneur Gaschignard, en grosse parka foncée avait assuré le show. Grand sourire, grands gestes, l’orateur charismatique prenait l’accent du pays pour raconter des anecdotes, évoquait madame Michu, interpellait tel ou tel par son prénom dans la salle… qui riait. Mais dès que l’assistance le quittait des yeux pour chanter et prier, l’évêque, lui, se figeait. Bouche fixe, regard absent. Manifestement ailleurs. Et pour cause. Il venait d’apprendre l’existence du dossier. Le matin même, il avait évoqué le sujet lors d’une réunion de crise avec son vicaire général.

Depuis fin mars, nous avons demandé à plusieurs reprises à nous entretenir avec Monseigneur Gaschignard, qui n’a pas souhaité répondre jusqu’à présent.

Emmanuelle Anizon

eanizon@nouvelobs.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :