Les médias internationaux couvrent l’incident du ressortissant chinois abattu par la police française

French.china.org.cn | Mis à jour le 30. 03. 2017 | Mots clés : ressortissant chinois ,Paris Envoyer [A A]

 

Les médias internationaux couvrent l'incident du ressortissant chinois abattu par la police française

Quelques jours après qu’un ressortissant chinois a été abattu à son domicile à Paris par des policiers en civil, la communauté chinoise reste très affectée par l’incident. Cet événement a été pour beaucoup de Chinois en France le catalyseur les poussant à exprimer leur sentiment d’insatisfaction de longue date, avec une large couverture médiatique internationale. Le New York Times a noté que ce décès coïncidait avec un malaise de plus en plus présent dans la communauté asiatique en France. L’an dernier, dans une banlieue populaire de Paris où vivent de nombreux immigrants asiatiques, un tailleur chinois est décédé des suites de ses blessures après un vol avec violence perpétré par trois jeunes hommes d’origine maghrébine. Un grand mouvement de protestation s’était élevé en réaction, suscitant une plus grande prise de conscience des problèmes de sécurité dans cette banlieue nord, Aubervilliers. « Je comprends la colère de la communauté », a déclaré l’avocat de la famille Liu, dont le père a été abattu par la police il y a quelques jours, en ajoutant que plusieurs de ses clients asiatiques se sont récemment plaints de la violence policière injustifiée.

« L’incident dans lequel la police française a abattu un homme chinois a provoqué la colère et la peur de la communauté », a rapporté Associated Press le 28 mars. Selon l’agence, dans les affrontements qui se sont produits en réaction au drame, l’inquiétude et la déception de la communauté asiatique étaient palpables. La France est le pays européen qui compte la plus importante communauté chinoise, et de nombreux membres de la communauté accusent la police de ne pas prendre les mesures nécessaires pour les protéger d’attaques à caractère raciste. Après le décès de Zhang Chaolin en septembre dernier dans l’affaire de vol violent, 15 000 ressortissants chinois ont manifesté à Paris pour appeler à la fin des violences visant leur communauté, et pour attirer l’attention sur les tensions ethniques dans les banlieues parisiennes. Pierre Picquard, docteur en géopolitique à l’Université Paris VIII spécialiste de la Chine, a observé que les Chinois sont souvent victimes en France des attaques croissantes à caractère raciste d’autres groupes ethniques et deviennent la cible des criminels, en raison de la notion selon laquelle les Chinois ont souvent sur eux de l’argent liquide, et que beaucoup n’ont pas de permis de séjour, ce qui les rend vulnérables. Les Chinois n’aiment pas se faire entendre par la voie de la protestation, ils sont peu disposés à exprimer ouvertement leurs griefs, c’est pourquoi une telle situation signale qu’ils sont extrêmement en colère des discriminations à l’œuvre, a-t-il expliqué.

« Les Chinois ne devraient pas former un groupe silencieux », a affirmé Chen Richen, écrivain chinois installé à Munich, aux journalistes du Global Times. Il a estimé que l’incident dans lequel la police a abattu un ressortissant chinois à Paris provoque l’inquiétude des communautés chinoises en Europe, et soulève la question des raisons pour lesquelles ils continuent d’être victimes de violence. Selon lui, la diaspora chinoise représente une importante minorité en Europe, mais sa participation à la politique reste rare. Pourquoi n’y a-t-il pas par exemple de représentant pouvant faire entendre la voix de communauté au gouvernement ? Les Chinois ne peuvent selon lui continuer de travailler en silence, ils doivent faire entendre leur voix par l’intermédiaire d’organisations les représentant.

Wang Huiyao, directeur du Centre pour la Chine et la mondialisation, a déclaré au Global Times que bien que de plus en plus de Chinois vivent à l’étranger, ils sont dispersés et peu organisés en groupe, hors de la vie politique locale. Leur dynamisme dans les localités est insuffisant, leurs échanges avec la société dans laquelle ils vivent sont trop faibles. La plupart sont engagés dans des activités commerciales, lisent les journaux de la communauté et vivent dans des quartiers chinois, mangent de la cuisine chinoise, et l’utilisation en particulier de médias sociaux chinois comme WeChat fait que leur intégration dans la société est faible. Selon lui, en plus de remédier au problème du dispersement, ils doivent participer à la vie politique, s’exprimer davantage dans les grands médias nationaux, et s’engager activement dans des activités locales d’intérêt public.

Un ressortissant chinois abattu par la police à Paris

 

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
Source: french.china.org.cn
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :