Marine Le Pen, une faille de taille dans le plafond de verre

marine 1007201-prodlibe

 

Si une victoire du Front national est possible à la présidentielle, selon les calculs du physicien qui avait prédit l’élection de Donald Trump dès l’été 2016, c’est davantage grâce aux conséquences de «l’abstention différenciée». Démonstration.

Depuis les débuts de l’ascension du Front national, les peurs et les émotions soulevées après chaque échéance électorale, avec toujours plus de véhémence, ont finalement laissé place à une indifférence d’accoutumance indignée. Ainsi, si après chaque nouveau record du FN on se plaît à crier dans la rue et à s’émouvoir entre amis, chacun sait bien qu’il n’a aucune chance d’arriver à quoi que ce soit de tangible. Les émois sont devenus des postures théâtrales dans lesquelles on se rassure sur notre rejet implacable de l’inacceptable. Et, après ces montées d’adrénaline frissonnantes mais momentanées, on peut continuer comme avant.

Cette garantie 100 % anti-FN est assurée par l’existence de ce fameux et tellement efficace, «plafond de verre». On ne le voit pas, on ne le sent pas, mais situé au-dessous des 50 % nécessaires pour gagner une élection démocratique, il fonctionne à chaque nouvelle échéance cantonnant plaçant le FN de façon implacable dans la position de l’éternel deuxième, toujours perdant. A l’abri de ce bouclier, les partis politiques ne sont pas sanctionnés et la commedia dell’arte peut continuer sans crainte d’une rupture du système.

Mais de quoi ce plafond de verre est-il fait ? Il résulte de la combinaison de deux effets concomitants. Le premier est global, produit de l’ostracisme dont est victime le FN de la part de l’ensemble des partis politiques, qui refusent systématiquement toute alliance de désistement avec lui. Le FN est donc condamné à ne rien avoir tant qu’il n’aura pas tout. Il pourra continuer à engranger des millions de voix sans qu’il ne se passe rien. Mais au détour d’une élection «comme une autre», où il aura même stagné, 100 000 petites voix de plus, a priori insignifiantes, lui donneront, à la surprise générale, 100 % du pouvoir (1). C’est ce que j’avais défini, il y a déjà longtemps, avec l’image de la goutte d’eau qui en l’occurrence ne fait pas déborder le vase mais le fait éclater (2).

Le deuxième effet est individuel, il concerne les électeurs. Un grand nombre d’entre eux refuse catégoriquement l’élection d’un candidat FN, et dans le cas où cela deviendrait possible, ils vont voter massivement pour le candidat qui lui est opposé, quel que soit ce candidat. Ils font ainsi barrage au candidat FN même si celui-ci est arrivé largement en tête au premier tour. C’est ce qu’on appelle le «front républicain».

Ce front s’est cependant fortement étiolé ces dernières années, relevant la position du plafond de verre, lequel reste cependant maintenu – grâce au refus persistant des partis de droite à nouer des alliances avec le FN – au-dessous de la barre fatidique des 50 %. Le FN reste donc bloqué à une distance, certes plus petite, mais encore infranchissable de la victoire.

On pourrait donc conclure, et beaucoup le font, qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter, le FN ne passera pas, en tout cas pas en 2017. C’est en grande partie vrai à cette «nuance» près, que la fragmentation politique de cette campagne pourrait accélérer soudainement le processus d’étiolement des irréductibles anti-FN, et nous précipiter, sans aucun avertissement, dans ce qui pourrait être «le grand séisme du 7 mai 2017». C’est pourquoi il y a maintenant plusieurs mois j’avais qualifié l’élection de Le Pen en 2017 comme étant passée de «impossible» à «improbable», improbable voulant dire à envisager.

Est-ce à dire que finalement la seule incertitude pour ce scrutin 2017 est de savoir qui sera le second au premier tour, et donc le premier au second tour ? La réponse est non, car un autre phénomène risque fort de s’immiscer dans la désignation du vainqueur de l’élection présidentielle, et cela malgré un plafond de verre toujours actif.

Ce phénomène est invisible et trompeur car il ne touche pas à la position du plafond de verre. On ne peut pas vraiment le mesurer à l’avance. Il modifiera seulement au moment du vote le calibrage des résultats escomptés. En d’autres termes, il existe désormais la possibilité que par exemple 41 % d’intention de votes pour Marine Le Pen la veille des élections lui donnent le lendemain 50,3 % des voix exprimées. Ce ne sera pas à cause d’une erreur des sondages ou d’un système à plusieurs niveaux comme aux Etats-Unis, mais plus prosaïquement en raison du rôle discriminé que va certainement jouer l’abstention lors du prochain scrutin présidentiel.

Ainsi, alors que Le Pen active des électeurs anti-FN quel que soit son challenger, désormais, et c’est nouveau, chaque candidat qualifiable pour le second tour va aussi désactiver des électeurs qui ne pourront pas voter pour lui, même face à Marine Le Pen. En plus de ces électeurs paralysés de vote, nombreux sont ceux qui auront décidé d’aller voter pour «l’autre» contre leur gré, et profiteront à la dernière minute de toute bonne «excuse» pour ne pas y aller. Les abstentions devraient donc être bien plus nombreuses pour le challenger que pour Le Pen.

On peut calculer à l’aide d’une petite formule, les différentes configurations, et elles sont nombreuses, qui donneront à Marine Le Pen un petit peu plus de 50 % des voix exprimées avec des intentions de votes bien en dessous de 50 % et donc bien inférieures à celles de son challenger. Ainsi, étant donné une certaine abstention pour Le Pen et une intention de vote inférieure à 50 %, il existe une valeur critique pour l’abstention du challenger à partir de laquelle Le Pen est élue. Ce qui est le plus inattendu est que le différentiel d’abstention ne doit pas être très élevé.

Par exemple, pour une participation globale de 79 % avec 44 % d’intention de vote pour Marine Le Pen, elle obtient une majorité de 50,25 % si la participation pour elle s’élève à 90 % contre 70 % pour son challenger. Ainsi, un différentiel d’abstention de 20 points permet de gagner 6,25 points, et transforme 44 % d’intention de vote en 50,25 % de votes exprimés faisant élire Marine Le Pen.

Avec 76 % de participation globale, toujours une participation de 90 % pour Le Pen mais seulement 42 % d’intention de vote, elle gagne avec 50,07 % si la participation pour son challenger est de 65 %.

Pour 77 % de participation globale, mais une participation à 85 % pour Le Pen, il lui faut 45 % d’intention de vote pour gagner à 50,02 % si la participation pour le challenger s’élève à 70 %.

On pourrait multiplier ces cas de figure réalistes mais il existe une formule simple qui donne le seuil critique de participation pour le challenger, en dessous duquel il perd l’élection avec pourtant bien plus que 50 % d’intention de vote «exacte». Elle est démontrée dans un working paper, qui sera soumis prochainement à comité de lecture pour publication dans une revue internationale. Ce calcul illustre le rôle décisif que va jouer la différenciation des abstentions entre Le Pen et son challenger. L’abstention différenciée peut donc faire gagner Le Pen malgré un plafond de verre encore à moins de 50 %. Après être passée de impossible à improbable, l’élection de Le Pen à la présidence de la République en 2017 est maintenant en train de glisser de improbable à très possible.

(1) «Crier, mais pourquoi ?» Libération, 17 avril 1998
(2) Pour la science,numéro 24, août 1999, «les Mathématiques sociales», page 4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :